Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 30772 € sur 100000 € !

30.77%

Auto-production industrielle

Fab-labs : quand chacun fabrique ce dont il a besoin

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Pour 1% de leur prix sur le marché, des objets et outils se fabriquent dans de petits ateliers industriels utilisant allègrement logiciels libres et nouvelles technologies. Les « fabuleux ateliers », ou fab-labs, ouvrent une nouvelle voie alliant hautes technologies, auto-production, récupération et recyclage. La seule condition reste votre participation.

Photo : un fab-lab dans le Bronx, à New York, soutenu par l’association Sustainable South Bronx.

Nul besoin de refreiner vos désirs ou de remettre à demain ce qui vous est nécessaire aujourd’hui : faites-le vous-même ! De fabuleux laboratoires, les fab-labs (contraction de « fabrication » et « laboratory » en anglais), vous proposent de construire presque tout, de votre machine à laver à votre ordinateur sur mesure en passant par la chaise en bois au design personnalisé. Le plus souvent avec des matériaux recyclés.

Quand le consommateur devient créateur

Conçus comme des lieux de production, les fab-labs sont parfois comparés à de petites usines clés en main. A la différence de l’atelier classique, le Fab-Lab se construit en même temps que ce qu’il produit. Il s’ajuste à un projet, à la conception d’un objet ou d’une astuce technologique. Le fabuleux laboratoire se pense comme un espace dans lequel viennent se partager des compétences, des nouvelles technologies et l’art de la récup. On y trouve des outils les plus rudimentaires aux machines plus sophistiqués pilotés par des logiciels : scie, découpeuse, fraiseuse, logiciels libres et petits robots.

L’idée est née dans les années 1990 au sein d’un laboratoire de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT), puis a lentement mais sûrement cheminé. Ce concept, assez exotique, a pris de l’ampleur avec la popularisation des nouvelles technologies. La barrière d’usage des technologies de l’information s’est effondrée et, aujourd’hui, les Fab-labs éclosent un peu partout sur le globe, de l’Afrique du Sud à l’Islande, du Costa Rica à l’Afghanistan, jusqu’à Paris [1]. Pour son inventeur, Niel Gernshenfeld, professeur au MIT, le consommateur cesse d’être client, il devient créateur. Dans son livre, FAB, la prochaine révolution sur votre bureau [2], il affirme, utopiste, qu’au lieu « de fournir les technologies de l’information aux masses, les Fab-labs leur montrent qu’il est possible de leur donner des outils qui leur permettent de développer et de trouver des solutions technologiques locales à des problèmes locaux. »

Anti-copyright

La véritable origine d’un fab-lab, c’est une communauté de créateurs et d’entrepreneurs. Parfois spontané, ou dans le sillage des hackers, le fab-lab pousse souvent dans une nébuleuse d’activistes anti-copyrights et d’inventeurs afin de faire fructifier des savoir-faire licites et illicites. L’objectif : réaliser des prototypes innovants ou simplement utiles. Ainsi à Vitry, le « Tmp/lab » s’emploie à essaimer ses recherches et présente en open source l’avancement de ses projets. A la manière d’une poupée russe, un fab-lab peut en cacher un autre.

Dans une ancienne menuiserie du 10ème arrondissement de Paris, l’agence Nod-A, fondée par Stéphanie Bacquère et Marie-Noéline Viguié, participe à l’élaboration de fab-labs. Stéphanie Bacquère sort de son tiroir un Lego : « Pas besoin d’être riche, ni un génie ! Nous travaillons à des logiciels instruisant de petits robots, et ces logiciels pourront être utilisés par des enfants de six ans qui pourront fabriquer eux même leurs jeux de Lego ! » Pour elle, tout l’intérêt des fab-labs réside dans l’autonomie qu’il procure. « Vous pouvez vous débarrassez des grandes marques qui en général tentent de verrouiller leurs trouvailles pour que vous ne puissiez ni les dupliquer ni les réparer ». Terminés les services après-vente. Téléchargez une maquette de vélo ou un plan de machine à laver. Grâce à une imprimante 3D qui fabrique de petits objets et d’autres machines qui découpent et plient, vous n’avez plus qu’à faire l’assemblage. « Imaginez dans chaque quartier, au coin des rues ou dans une MJC ces ateliers industriels à la portée de tous... Une révolution ! », surenchérit Stéphanie Bacquère. A quand des fab-labs à proximité de potagers partagés ?

La haute technologie de Bamako aux favelas de São Paulo

Le contenu et la forme des fab-labs varient selon ses usages. Là où les produits high-techs sont pour la plupart inaccessibles, ils servent de passerelles technologiques au bénéfice de tous. Une radio numérique peut envoyer des contenus vidéo de formation dans une zone reculée du Mali grâce à des astuces trouvées en fab-lab. « Un kit de puces électroniques à 20 euros et un simple manuel peuvent suffire à produire des objets de haute technologie ! Vous y ajoutez un peu de recyclage et un zeste de débrouille : votre objet est réalisé. Dans les bidonvilles de São Paolo ou de Bamako, les fab-labs sont en plein essor parce qu’ils s‘appuient sur le transfert de compétence et l’entraide », se réjouit Stéphanie Bacquere. Ils s’insèrent également dans une chaîne de production locale. Ainsi, en Inde, un fab-lab fabrique des appareils pour mesurer la qualité du lait de petits producteurs.

En Europe, un fab-lab élabore plutôt des prototypes ou du sur-mesure. Des pépinières de fab-labs peuvent relocaliser et dynamiser la production d’un territoire. « Le fab-lab a une vocation de prototypage d’objets physiques et "intelligents". Il s’adresse aux entrepreneurs, aux designers et aux artistes. Le plus difficile n’est pas de lancer un fab-lab, mais davantage qu’une communauté d’usagers-concepteurs le pérennise », explique Daniel Kaplan, de la Fondation Internet nouvelle génération (Fing). L’idée s’étend comme un rhizome puisque Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, prévoit une Cité du numérique à vocation mondiale équipée d’un fab-lab non loin de la Villette. Daniel Kaplan confirme l’ouverture imminente de fab-labs à Paris. Fing square, une pépinière d’artistes, de designers, et d’entrepreneurs - devrait développer des fab-labs au déploiement rapide et composés d’une série d’outils cohérents pour le bénéfice du plus grand nombre.

Mao risque de se retourner dans sa tombe. Une révolution culturelle spontanée se prépare en Europe : intellos, ingénieurs et artistes, tous au travail dans ces fabuleux ateliers ! Mais attention, les créateurs de logiciels libres de droits des fab-labs verraient d’un très mauvais œil ces ateliers laboratoires déposer des brevets. Sens du partage contre logique marchande... Échapperont-ils longtemps à l’implacable domination de la rentabilité financière ? Le concept de fab-lab ouvre en tout cas de fabuleuses perspectives en matière d’innovation sociale.

Nedjma Bouakra

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos