Basta !, ce sont six journalistes et de nombreux contributeurs rémunérés, qui, chaque jour, enquêtent, décryptent et racontent, pour vous offrir une information de qualité. Le tout en accès libre afin que ces articles puissent être partagés et lus par le plus grand nombre. Basta ! n’est pas financé par des groupes industriels ou de la publicité. C’est pourquoi votre soutien est essentiel. Si vous pensez que Basta ! doit poursuivre son travail, prenez une minute pour faire un don. Merci !

Avancement de la campagne : 28848 € sur 30000 € !

96.16%

Climat

EDF réclame 5 millions d’euros à des écologistes britanniques

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Plus de 5 millions d’euros. C’est le montant des dommages et intérêts demandé par EDF à l’encontre de 21 militants. Ils avaient occupé pendant une semaine, en octobre 2012, deux cheminées de la centrale au gaz d’EDF à West Burton, au Royaume Uni. Cette action, organisée par le groupe « No Dash for gas » (Pas de ruée sur le gaz), visait à dénoncer le plan gouvernemental de construction de 40 nouvelles centrales à gaz. « Ce plan conduirait à ce que le gaz représente 50 % de la production d’électricité du Royaume Uni pour les trois prochaines décennies, nous poussant vers un changement climatique irréversible », affirme No Dash for Gas. « Il est important que ceux qui envisagent ce type d’action comprennent qu’ils s’exposent à des conséquences au travers de poursuites juridiques pour les dommages, coûts et perturbations qu’ils provoquent », réplique EDF Energy.

« Les poursuites menées par EDF constituent l’ouverture d’un nouveau front contre les manifestations pacifiques, confie John Sauven, le directeur exécutif de Greenpeace, au Guardian. Il est difficile d’imaginer comment nous aurions pu réussir nos campagnes contre les importations illégales de bois ou la pêche pirate, si à chaque fois que nous menions des actions directes nous avions subi des amendes équivalentes à des millions de livres ». Anna Walker du mouvement UK Uncut voit dans la menace de cette amende un moyen « d’écraser le droit de manifester » : « Si EDF s’en tire avec cela, nous aurons une démocratie plus faible ».

Derrière EDF, c’est évidemment l’État Français, actionnaire majoritaire du groupe à 84,4 %, qui poursuit des militants. « En maintenant les poursuites, EDF et le gouvernement français démontreraient le peu d’importance qu’ils accordent aux dérèglements du climat et à la démocratie » souligne l’organisation Attac France. L’association demande que les dirigeants d’EDF et ses actionnaires renoncent immédiatement à ces poursuites. Attac invite les organisations syndicales, associatives et politiques à « dénoncer cet acte d’intimidation qui vise à faire taire toutes celles et tous ceux qui voudraient utiliser des pratiques de désobéissance civile non-violente pour dénoncer des crimes sociaux ou environnementaux ». Le verdict est attendu le 20 mars prochain pour 17 d’entre eux, le 2 avril pour les quatre autres.

[Mise à jour le 13 mars 2013] : EDF vient d’abandonner ses poursuites contre le groupe No Dash for Gas, rapporte The Guardian. Ces militants demeurent toutefois poursuivis par les autorités anglaises et encourent des peines de prison.

[Mise à jour le 7 juin 2013] : La cour de Nottingham a rendu son verdict le 6 juin 2013. Selon Le Guardian, seize militants devront réaliser entre 150 et 200 heures de travaux communautaires et les cinq autres sont sous libération conditionnelle pendant 18 mois.

Vidéos

  • épicerie itinérante Marchands ambulants de produits bio, le nouveau visage de l’économie sociale dans les campagnes

    Voir la vidéo
  • Greenwashing Avec Air France, compenser les émissions carbone des riches peut nuire gravement à la santé des pauvres

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos