ça bouge ! État de droit

Du bruit contre l’état d’urgence : un appel à se mobiliser contre sa prolongation

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

L’Assemblée nationale doit se prononcer ce 13 décembre sur la prolongation de l’état d’urgence pour sept mois supplémentaires, jusqu’à juillet 2017. Mis en place depuis plus d’un an, l’état d’urgence est critiqué pour les mesures arbitraires qu’il permet, souvent contre des personnes qui n’ont rien à voir avec le terrorisme. Des rassemblements sont prévus devant l’Assemblée nationale et plusieurs préfectures à 18h30. « Se taire dans une telle situation c’est accepter la fin de la démocratie. Casseroles, batucada, chants et slogans, ramenez-vous pour faire du bruit et réveiller nos députés ! » Basta ! relaie l’appel.

Treize mois de démocratie piétinée par l’État d’urgence : rendez-vous devant l’Assemblée nationale et toutes les préfectures.

Après des centaines d’arrestations arbitraires, des journalistes assignés à résidence, des militants écologistes et des syndicalistes arrêtés, des perquisitions administratives hors de tout contrôle, des manifestations interdites, il est temps d’en finir avec cet état d’exception qui risque de devenir la règle.

Le Conseil des ministres a adopté samedi le projet de loi prolongeant jusqu’au 15 juillet 2017 l’État d’urgence et va « demander au Parlement de reconduire l’état d’urgence pour sept mois supplémentaires, jusqu’au 15 juillet », a déclaré le Premier ministre Bernard Cazeneuve. L’État d’urgence a déjà été prolongé quatre fois depuis sa mise en place. L’État d’urgence atteindrait alors une durée historique de 20 mois (pire que pendant la Guerre d’Algérie).

La réforme pénale de mai 2016 était censée permettre de se doter des pouvoirs dont l’exécutif prétendait manquer pour justifier l’État d’urgence, or l’État d’urgence a depuis été prolongé pour des prétextes fallacieux (Euro de football, en réalité loi travail).

Aujourd’hui le pouvoir ne prend même plus la peine de donner un prétexte mais s’apprête à en faire la norme durable en le prolongeant dans un silence médiatique assourdissant.

Nous subissons toujours l’arbitraire d’une administration s’arrogeant trop de pouvoirs en dehors de tout contrôle judiciaire et démocratique. Il est temps que cela cesse !

Surveillance de masse, loi renseignement, déchéance de nationalité, État d’urgence, 49-3, ce gouvernement piétine depuis trop longtemps nos libertés fondamentales. Rassemblons-nous mardi devant l’Assemblée nationale et les préfectures, faisons du bruit pour nous dresser contre l’inacceptable !

Se taire dans une telle situation c’est accepter la fin de la démocratie. Casseroles, batucada, chants et slogans, ramenez-vous pour faire du bruit et réveiller nos députés !

Invitez tous vos amis et réseaux à l’événement !
Pour s’organiser : https://telegram.me/StopEtatdUrgence
Pour relayer : https://twitter.com/EtatUrgenceStop et https://www.facebook.com/events/358839381143180/
#StopEtatdUrgence

Photo de Une : CC Stan Jourdan

Sur ce sujet :
- Lois antiterroristes, loi travail : comment le gouvernement affaiblit la possibilité d’une justice équitable pour tous
- L’état d’urgence face au terrorisme tourne à la répression des mouvements sociaux
- Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « Ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos