Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 27927 € sur 100000 € !

27.93%

ça bouge ! Rennes

« Buen vivir » et biens communs au centre de l’université d’été de la solidarité internationale

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Du 2 au 5 juillet, Rennes accueille l’Université d’été de la solidarité internationale, coordonnée par Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID). Au programme : des débats, des ateliers, des animations pour se former au contact de nombreuses associations, rencontrer des personnes de tous horizons, débattre, construire des passerelles et lancer des initiatives.

Le modèle de développement actuel, et mondialisé, a clairement montré ses failles, tant du point de vue économique, social, géopolitique et démocratique que du point de vue environnemental et écologique.

La question de nos modes de vie, de production, de consommation, de répartition des richesses et de décisions est source de nombreuses polémiques. La mise en place en 2000 des Objectifs du Millénaire pour le Développement n’a pas suffi à éradiquer l’extrême pauvreté, ni à assurer des conditions de vie décentes à tou-te-s. De multiples manifestations de la crise touchent aujourd’hui toutes les populations de la planète. Par ailleurs, cela fait déjà plusieurs années que nous savons que l’impact de l’activité humaine sur nos écosystèmes n’est plus seulement préoccupant, mais tout à fait alarmant. Les mises en gardes deviennent récurrentes : nous ne pouvons pas continuer ainsi, au risque de créer une catastrophe écologique et climatique remettant en question l’avenir de l’Humanité.

Des changements s’avèrent donc nécessaires, primordiaux. Heureusement, face aux crises qui nous assaillent, les citoyen-ne-s ne restent pas démuni-es. Bien au contraire, comme la deuxième face d’une même pièce, les alternatives au système existant fleurissent un peu partout sur la planète. Des femmes et des hommes du monde entier construisent des alternatives à leur échelle. en s’appuyant sur de nombreux concepts développés ces dernières années : du concept du « buen vivir » tel que prôné et réclamé par des millions de personnes souhaitant se mettre au diapason d’un autre rythme de vie, à celui des « biens communs » pris comme base de construction de modèles alternatifs aux modèles marchands et financiers. Les nouveaux modes de vie, de production et de consommation qui en découlent n’ont rien d’anecdotiques : économie sociale et solidaire, circuits courts, commerce équitable, habitat partagé, médias libres, villes en transitions…tous sont viables économiquement, justes socialement et soutenables écologiquement.

Le dynamisme sans faille qui caractérise ces initiatives doit nous permettre de ne pas tomber dans le piège des discours anxiogènes qui tiennent le devant de la scène. Le temps de la dénonciation est passé. Nous savons ce qui ne fonctionne pas, et nous savons pourquoi. Heureusement nous savons aussi que des solutions engageantes existent, et que loin de dépendre de la seule volonté de nos personnels politiques, leur mise en œuvre peut passer par l’action citoyenne. Ce que nous montrent les exemples d’alternatives cités plus haut, c’est que les transitions que nous appelons de nos vœux sont déjà engagées, qu’elles sont à portée de main et qu’il nous suffit de comprendre comment les soutenir à notre tour pour contrer cette angoissante vision de l’avenir que l’on nous propose trop souvent.

« Bien vivre ensemble, c’est possible », c’est l’affirmation que nous portons aujourd’hui, sans naïveté aucune, mais animés par un puissant désir de solidarité internationale, d’entraide, de respect et de réciprocité.

L’Université d’été de la solidarité internationale 2014 se propose de mettre en avant ces alternatives, et de porter le thème des transitions (sociales, économiques, démocratiques, géopolitiques, écologiques…) pour s’inscrire dans une dynamique optimiste et communicative. Faisant écho à des processus en cours, ces 4 jours de rencontres et de dialogues auront pour but d’échanger et de former les citoyen-ne-s que nous sommes aux moyens à mettre en œuvre pour la construction de transitions solidaires. Rendez-vous donc à Rennes, du 2 au 5 juillet 2014.

Retrouvez le programme complet de l’université sur ce site Internet et sur Facebook.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos