Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros.

Avancement de la campagne : 32924 € sur 100000 € !

32.92%

Gaspillage

Une loi impose aux supermarchés de recycler leurs invendus alimentaires

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Fait rarissime, les députés ont adopté à l’unanimité le 21 mai au soir, des amendements au projet de loi sur la transition énergétique qui visent à limiter le gaspillage alimentaire. Il sera désormais interdit aux distributeurs du secteur alimentaire de rendre leurs invendus impropres à la consommation. « Voir de l’eau de Javel déversée sur les poubelles des grandes surfaces avec des aliments consommables, ça scandalise », a souligné le député socialiste Guillaume Garot, auteur d’un rapport sur ce thème en février [1]. On estime à 500 tonnes par an la quantité de produits alimentaires jetés dans les grandes enseignes, rappelle Terra Eco [2].

Les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés auront désormais l’obligation de conclure une convention avec une association caritative précisant les modalités selon lesquelles les denrées alimentaires leur sont cédées à titre gratuit. L’enjeu, précise Guillaume Garot au site d’informations Arrêt sur Images [3], est « que les associations caritatives ne deviennent pas les poubelles et encore moins les centres de tri des grandes enseignes ». Le manquement à ces dispositions sera puni de deux ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Les invendus pourront aussi servir à l’alimentation animale, à la fabrication de compost pour l’agriculture, ou encore à la valorisation énergétique.

« La loi se trompe de cible et de sujet, a déploré de son côté Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération de Commerce et de la distribution. La grande distribution ne représente que 5 % du gaspillage alimentaire… » Entre 20 et 30 kg de nourriture sont jetés chaque année par habitant en France. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) estime à 159 euros par an et par personne la valeur de l’alimentation ainsi perdue, soit entre 12 et 20 milliards d’euros gaspillés au total à l’échelle nationale. L’enjeu de la solidarité alimentaire passe aussi par la réduction du gâchis à la source, dans les grandes enseignes comme chez les ménages.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos