Appel aux dons

Élections

Municipales : le visage anti-social et anti-écolo du Front National

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Avec près de 600 listes validées dans 87 départements, le FN espère jouer un rôle d’arbitre dans de nombreuses villes. Et surfe sur le « virage social » du parti. Basta ! s’est donc penché sur les récents votes des élus frontistes dans les conseils régionaux du Nord-Pas-de-Calais, de Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Accords commerciaux, gaz de schiste, agriculture, transports... Autant de sujets sur lesquels les positions des élus FN contredisent les promesses de Marine Le Pen. Y compris lorsqu’il s’agit de soutenir des ouvriers en lutte contre la fermeture de leurs entreprises.

Passer d’un vote « contestataire » à un vote « populaire » est l’un des objectifs affichés du Front National pour les élections municipales. Mais dans les conseils régionaux – où le FN totalise 118 élus dans 12 régions [1] – il apparaît toujours comme un parti protestataire. Et incohérent. C’est ainsi que le 25 février, Marine Le Pen affirme déclarer « la guerre » au futur accord commercial entre l’Union européenne et les États-Unis (voir notre analyse). Or, quatre jours plus tôt, le groupe FN au conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca) a agi en totale contradiction avec cette déclaration. Les élus frontistes ont en effet voté contre une motion demandant « l’arrêt des négociations sur le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ».

« Le Front National a toujours exprimé et voté son opposition formelle au traité transatlantique », assure Frédéric Boccaletti, conseiller régional de Paca, en réaction aux railleries provoquées par ce vote. « Ainsi que nous l’avons indiqué en séance plénière, nous souscrivons à une partie du texte de cette motion, mais pas à son intégralité », précise t-il. Juste avant de voter contre cette motion proposée par le groupe Front de Gauche, le conseiller frontiste Hubert de Mesmay a simplement déclaré : « Nous ne sommes pas d’accord avec certaines des dispositions de ce vœu, notamment sur les gaz de schiste ». Que dit la motion à ce sujet ? Une seule phrase, sur les deux pages de motion, y fait référence, précisant que l’accord transatlantique pourrait permettre d’imposer l’exploitation des gaz de schiste en France [2].

Questions environnementales : le FN face à ses contradictions

Le Front National ne s’étalera pas davantage sur ce vote. Que peut-on en conclure ? Une certaine inconstance... Au FN, la position sur l’exploitation des gaz de schiste varie d’une année à l’autre. En 2011 par exemple, le FN soutient les mobilisations des opposants aux gaz de schiste. Mais un an plus tard, Marine Le Pen se fait épingler pour ses propos contradictoires sur ce sujet. Lors des présidentielles, elle s’affiche fermement opposée à l’exploration, avant de considérer six mois plus tard que la refuser revient à « avoir une vision d’âge de pierre » (sic).

Quid de l’opinion « actuelle » de la patronne du FN ? « On ne peut pas ne pas explorer, mais nous ne sommes pas en position d’exploiter ». Limpide... Si le projet d’accord commercial entre l’Union européenne et les États-Unis est adopté, la réglementation encadrant la fracturation hydraulique, seule technique utilisée à ce jour pour extraire le gaz et le pétrole de schiste, pourra être contournée par les multinationales (voir ici).

Climatosceptiques convaincus

Les questions environnementales, ce n’est vraiment pas la tasse de thé des élus du FN. Ces derniers, assemblée après assemblée, multiplient les déclarations climatosceptiques. « Nous nous opposons aux frais de communication qui consistent à annoncer la catastrophe climatique avec toujours de plus en plus de véhémence, alors qu’aucune étude n’est en mesure de démontrer l’incidence à long terme des émissions de gaz à effet de serre sur l’évolution du climat », déclare notamment Joël Cheval, élu FN en Rhône-Alpes, en décembre 2011. « Dire au public qu’il va falloir changer nos habitudes est compliqué, explique leur opposant Pierre Mériaux, conseiller régional EELV. Électoralement, il est certes bien plus payant de nier la réalité… et de nous mener droit dans le mur ! » La vision climatosceptique du FN se traduit par son abstention ou son opposition quasi-systématique sur les délibérations concernant ces questions environnementales. En février 2012, le groupe FN en Nord-Pas-de-Calais a ainsi voté contre une évaluation de la lutte contre le changement climatique.

Dans un entretien, Eric Dillies, conseiller régional Nord Pas de Calais, décrit la journée type d’un citoyen qui vivrait sous la présidence de Marine Le Pen. Les propositions contradictoires s’y entremêlent. D’un côté, une agriculture 100 % bio et locale, et des paysages préservés. De l’autre, la construction de nouvelles routes pour réduire les embouteillages, la construction de dix grandes villes à 150 kilomètres de Paris et la destruction des « cités » remplacées par des pavillons de deux étages. Difficile avec un tel programme de lutter contre la bétonisation des terres agricoles... En février 2011, le groupe FN en Nord-Pas-de-Calais s’est d’ailleurs opposé au Plan Forêt en expliquant que les résultats seraient « de toute manière lamentables, puisqu’une fois plantées les nouvelles forêts, on ne tardera certainement pas à les raser pour construire de nouvelles zones pavillonnaires ». Avec une telle conception de l’aménagement du territoire, la France risque d’être recouverte de bitume d’ici 2050 !

Les transports collectifs, un gaspillage d’argent public pour les élus FN

Alors que les pics de pollution se multiplient, l’évocation d’ « alternatives ferroviaires efficaces aux déplacements mécanisés individuels », fait bondir Maurice Faurobert, élu FN en Rhône-Alpes. « Est-il donc devenu essentiel d’entraver la liberté du citoyen à se déplacer comme il veut quand il veut ? », interroge-t-il en décembre 2011. La circulation alternée imposée par le gouvernement en Ile-de-France le 17 mars est ainsi considérée par le FN comme une « punition ». Une « pénitence », même ! Sur le terrain, le FN conteste la modernisation de certaines lignes de transports collectifs ou la gestion « multimodale » (plusieurs modes de transport combinés) du déplacement à Grenoble. Et pour faire des économies, Maurice Farobert a trouvé la solution en février 2012 : «  Le vrai problème des transports [collectifs] aujourd’hui, ce n’est pas de les multiplier, de les rendre plus confortables ou écologiques, c’est de les diminuer ». En voilà une idée...

Le groupe FN en PACA s’est par ailleurs abstenu en juin 2013 sur une motion présentée par le groupe Front de Gauche contre la privatisation du réseau ferroviaire de la Région. Thello, une société franco-italienne, a en effet demandé à Réseau Ferré de France d’utiliser des « sillons » entre Marseille et Milan, et de pouvoir concurrencer ainsi directement les trains régionaux. « Il serait insupportable de constater que l’argent des contribuables régionaux, utilisé pour rénover et étendre le réseau, profite à une compagnie privée », souligne Gérard Piel (Front de gauche), rapporteur de la motion. Mais le FN joue l’abstention sur ce sujet. Considérant sans doute que le transport public n’est qu’une « machine à plumer le contribuable ».

Le « virage social » du Front national ?

Dans sa stratégie de conquête du pouvoir et de « dédiabolisation », Marine le Pen se fait la chantre des victimes de la crise. Mais dans l’hémicycle de la région Paca, c’est la contradiction totale. Lors de la plénière du 25 octobre 2013, les élus Front de Gauche ont proposé trois motions, pour soutenir des salariés de la région Paca menacés de licenciement. Il s’agit des 200 employés du journal Nice-Matin, des Fralib, qui luttent depuis trois ans pour la reprise de leur usine de thés et tisanes Éléphant en coopérative, et des Moulins Maurel. Les élus FN se sont abstenus lors de ces trois votes. En juin 2013, ils se sont aussi opposés à un vœu pour le maintien de l’emploi et des activités industrielles en région Paca, dans lequel étaient notamment mentionnés la suppression de 600 emplois dans la compagnie maritime SNCM.

Déjà, en 2010, les 24 élus frontistes du conseil régional de Paca, dont Jean-Marie Le Pen, ont refusé de voter une motion de « solidarité avec les salariés de Fralib » proposée par la gauche (lire notre article). Systématiquement, les élus FN fustigent des « vœux hypocrites » de la part du « système UMPS », « pompiers pyromanes », « responsables de cette situation ». Une pirouette qui permet aux élus FN d’éviter le vote. Quant aux salariés, en lutte contre la fermeture de leur entreprise, ils n’en sont pas nécessairement informés. Un récent sondage Ifop montre que le Front National progresse dans les bassins d’emploi ayant connu des fermetures de sites industriels. Pourtant, malgré les tentatives du FN de mettre en avant son « virage social », par ses votes et les décisions de ses élus régionaux le FN montre son vrai visage : anti-social et anti-écolo.

Sophie Chapelle
@Sophie_Chapelle sur twitter

Photo : Blandine Le Cain / CC

Lire aussi :
- « Rassemblement bleu Marine » : bienvenue au musée des horreurs de l’extrême droite
- Pourquoi Marine Le Pen et le FN se moquent des ouvriers
- Que feront les candidats FN s’ils sont élus députés ?
- Inflation de rumeurs et de « hoax » racistes : nouveau baromètre d’une France en crise

Vidéos

  • Plus qu’une résistance Notre-Dame-des-Landes : bienvenue en zone libre

    Voir la vidéo
  • Mondialisation Crime environnemental : sur la piste de l’huile de palme

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos