ça bouge ! Procès

Pique-nique chez Pinault : 14 opposants à Notre-Dame-des-Landes jugés à Versailles

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

François Pinault est l’un des actionnaires du groupe Vinci, partie prenante dans le projet de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Fin janvier 2013, quatorze opposants au projet d’aéroport s’introduisent dans le domaine du château de La Mormaire, propriété du milliardaire. Ils déploient des banderoles et scandent des slogans, avant d’être interpellés. Condamnés en première instance pour « violation de propriété », les 14 opposants comparaissent à la Cour d’appel de Versailles le 5 mars. Basta ! relaie l’appel du Collectif francilien de soutien à la lutte contre l’aéroport.

Mercredi 5 mars à 14h se tiendra à la Cour d’Appel de Versailles le procès de 14 personnes du Collectif francilien de soutien à la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui s’étaient invités le 27 janvier 2013 dans le parc du château familial du multimilliardaire François et François-Henri Pinault. Cette action, inscrite dans une semaine nationale d’action contre Vinci, visait à dénoncer leur responsabilité, en tant qu’actionnaires de Vinci, dans le projet de construction de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Le 24 juin 2013, le Tribunal de grande instance de Versailles a condamné 14 inculpés à 2 mois de prison avec sursis, à 5 600 euros d’amende et 1 euro de dommage et intérêt au bénéfice de la partie civile, les scellés ont été confisqués, et la demande de non-inscription au casier B2 refusée. Ils ont donc fait appel.

Le Collectif francilien de soutien à la lutte contre l’aéroport de NDDL dénonce :
- l’impunité des grands actionnaires qui détruisent et « aménagent », avec la complicité de l’État, les lieux de vie et terres agricoles ;
- la lourde répression policière et judiciaire qui s’abat sur les militants qui s’opposent à ces grands projets d’aménagement du territoire ; la manifestation du 22 février à Nantes en est l’illustration la plus récente ;
- la double peine que constitue la condamnation du refus de donner son ADN pour les militants en garde à vue.

Le 5 mars à 13h, le Collectif donne rendez-vous devant la Cour d’Appel, au 5 rue Carnot, Versailles, pour un pique-nique de soutien aux inculpés.

Le Collectif NDDL-Idf
Contact : collectifnddlparisidf(a)riseup.net
Site internet : http://nddl-idf.org

[Mise à jour le 22 mai 2014] La cour d’appel de Versailles a prononcé le 21 mai la nullité de la procédure, « les éléments des délits n’étant pas réunis » selon Presse Océan. Les 14 opposants ont été relaxés.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos