ça bouge ! Alternatives

Comment remplacer les pesticides : une semaine pour s’informer

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les alternatives aux pesticides existent ! Elles sont mises à l’honneur dans le cadre de la Semaine pour les alternatives aux pesticides qui débute, alors que les épandages reprennent au cours de ces premiers jours du printemps et que leur caractère cancérogène inquiète de plus en plus. Grâce à des centaines d’événements, le public est invité à mieux s’informer sur les enjeux tant sanitaires qu’environnementaux des pesticides et sur les alternatives. Ou comment entrevoir un avenir sans produits toxiques.

La Semaine pour les alternatives aux pesticides, qui a débuté le 20 mars, est devenue un évènement incontournable : il s’agit du temps fort de mobilisation citoyenne sur le dossier pesticides, en France. En 2016, des centaines d’évènements ont été programmés vont se dérouler dans toute la France et dans une vingtaine d’autres pays en Europe, Afrique, Amérique Latine et Asie. Le succès croissant de cet événement montre que la société civile ne veut pas être tenue à l’écart du dossier des pesticides.

Quels sont ses objectifs ?

- Informer sur l’impact des pesticides sur la santé et l’environnement ;
- Promouvoir les alternatives aux pesticides ;
- Fédérer un réseau d’acteurs et mobiliser un public toujours plus large.

Quel public ?

Tout le monde peut participer à la Semaine pour les alternatives aux pesticides : des agriculteurs aux cuisiniers en passant par les enfants, les citoyens, les élus, les entreprises, les jardiniers amateurs, les militants, les médecins, les étudiants, les simples curieux ou encore les consommateurs, les instituteurs, les agents techniques...cet événement s’adresse au plus grand nombre !

Que se passe-t-il ?

Des centaines d’événements ont lieu un peu partout pendant dix jours : des conférences, des débats, des ateliers de jardinage naturel, des projections de films, des collectes de pesticides à supprimer, des visites de fermes, des marchés bio, des dégustations, des expositions, des ateliers cuisine et/ou de fabrication, des stands de sensibilisation, des balades découvertes... L’imagination est au rendez-vous quand il s’agit de se mobiliser pour démontrer que les alternatives existent et qu’il est possible d’entrevoir un avenir sans produits toxiques.

Qui coordonne ?

Lancée en 2006 par l’association Générations Futures et l’ACAP, un collectif de 170 organisations (Action Citoyenne pour une Alternative aux Pesticides), la Semaine pour les alternatives aux pesticides est aujourd’hui soutenue par une cinquantaine d’organisations nationales et internationales, dont de nouveaux partenaires nationaux pour 2016 : WECF, Fermes d’avenir, Terre de liens et Slow Food International participeront pour la première fois cette année. D’autres partenaires internationaux comme PAN Africa ou Quercus (Portugal), qui ont déjà participé mais qui n’ont pas participé l’an dernier, nous rejoignent pour 2016 !

Le programme.

A découvrir, cette pétition en faveur de la création d’une autorité indépendante d’évaluation des pesticides.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos