Pâturage urbain

« Broute Saint-Denis » : des moutons dans la banlieue

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

La cité du Franc-Moisin transformée en pâturage urbain ? Vous ne rêvez pas. Une quarantaine de moutons broutent les pissenlits du « neuf trois », dans des vallées bétonnées, à l’ombre de sommets HLM. Grâce à ce troupeau de brebis, l’association Clinamen entend contribuer à renforcer les liens à l’alimentation et à la terre des habitants de ces quartiers.

Un mouton, deux moutons, quinze moutons dévalent les rues de la cité du Franc-Moisin à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Les enfants les suivent en courant, surpris de voir ces animaux domestiqués en plein cœur de la ville. On ne croise pas tous les jours du bétail dans ce quartier de l’est de la ville, ancien bidonville des années 1960 devenu grand ensemble de logements sociaux depuis les années 1970.

Les moutons broutent l’herbe des talus, les pissenlits qui se sont invités courageusement dans le béton des trottoirs, les moindres petits coins de verdure et le lierre au pied des barres d’immeubles. « Le regard porté sur la ville se développe différemment quand on se balade avec des moutons, explique Pauline Maraninchi, paysagiste de formation et membre de l’association Clinamen à qui appartient le troupeau. Grâce aux moutons, nous connaissons tous les moindres recoins du quartier et nous nous rendons compte qu’un grand nombre de personnes sont porteuses de savoir-faire paysans. »

Pâturage urbain et travail de la laine

Pauline a organisé récemment le premier atelier-laine – lavage dans le canal de Saint-Denis, cardage traditionnel, feutrage – pour renouer avec la transformation de cette matière. Le but est d’inviter la population du quartier à se remémorer des souvenirs paysans enfouis. Une habitante âgée du Franc-Moisin, qui n’a plus eu l’occasion de travailler la laine depuis qu’elle a quitté l’Algérie pour la France, a participé à l’atelier et n’a rien perdu de son savoir-faire. Elle a même trouvé le matériel de Pauline un peu désuet !

Renouer avec les pratiques paysannes, influencer les politiques d’aménagement pour garder des terres agricoles et de la verdure dans un lieu très convoité, produire sur les terrains en friche afin de montrer leur utilité, valoriser le moindre lopin de terre comme opportunité d’appropriation de son environnement… Voilà les objectifs de Clinamen et de son troupeau qui s’agrandit, puisque quarante moutons peuplent aujourd’hui les villes de Saint-Denis, Villetaneuse et Houilles.

Entretien d’espaces verts

L’aventure est née en février 2012, lorsqu’un collectif d’agents de développement territorial et de paysagistes décide de se retrouver après plusieurs expériences agricoles urbaines (Ferme du Bonheur, Téma la vache à Saint-Germain-en-Laye). Un troupeau de six moutons s’est constitué autour de l’action « Broute Saint-Denis », en août 2012, qui consistait à faire paître les moutons dans la ville. L’urgence était alors de nourrir les bêtes et de trouver un lieu sécurisé pour leur faire passer la nuit. Une première bergerie en matériaux de récupération avait alors été construite à la chaufferie du Franc-Moisin, en partenariat avec une filiale de GDF-Suez.

Une seconde bergerie avec cinq hectares de terrain a vu le jour sur le campus de l’Université Paris XIII à Villetaneuse. Enfin, la base de la Marine Nationale à Houilles accueille un autre troupeau, Clinamen ayant remporté l’appel d’offres pour l’entretien de quinze hectares d’espace vert. Avec cette nouvelle activité, l’association espère pouvoir développer la vente de viande de mouton en circuit court à partir du printemps prochain et financer le salariat d’une ou deux personnes sur ce poste. Elle entend également contribuer à renforcer les liens à l’alimentation et à la terre des habitants du quartier qui en sont aujourd’hui dépourvus.

Ainsi, si vous vous promenez au bord du canal de Saint-Denis, suivez les crottes de moutons et vous arriverez sur la Parcelle 126, un lieu d’échange et d’animation autour des pratiques paysannes, géré par Clinamen pour dynamiser le Franc-Moisin et ses alentours !

Judith Cartier

Article initialement publié par Transrural initiatives, revue associative d’information sur le monde rural. Voir leur site.

Photos : © Guillaume Leterrier / © Ligue de l’enseignement 93


En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos