À lire sur Le Monde

Auto, métro, vélo : où respire-t-on le moins d’air pollué ?

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Est-on plus exposé à la pollution de l’air assis sur la selle de son vélo, derrière le volant de sa voiture ou dans le métro ? La question est posée alors qu’une grande partie de la France est toujours soumise à de fortes concentrations de poussières dans l’air, favorisées par un phénomène d’inversion de température et une absence de vent.

Le niveau d’alerte, atteint à partir d’une concentration de 80 microgrammes de PM10 (particules de diamètre inférieur à 10 microns) par mètre cube d’air (μg/m3), était encore dépassé, jeudi 13 mars, dans plus d’une trentaine de départements d’Ile-de-France, Bretagne, Normandie, Poitou-Charentes, Centre, Nord-Pas-de-Calais et Rhône-Alpes. Dans une vingtaine d’autres, le seuil d’information, franchi à partir de 50 μg/m3, était, lui, enclenché dans l’est du pays (Lorraine, Alsace), les Pays de la Loire, en Auvergne et dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Afin de limiter la circulation automobile, la Mairie de Paris a annoncé la gratuité des Vélib’ et des Autolib’ à compter de jeudi, et ce, tant que durera l’épisode de pollution de l’air extérieur. Une mesure qui a suscité de nombreuses réactions d’étonnement et de critique alors que les autorités sanitaires déconseillent de pratiquer une activité physique soutenue lors des pics...

Lire l'article

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos