Santé au travail

Après le scandale de l’amiante, le combat des salariés du cadmium

par

  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les intoxications au cadmium sont reconnues comme des maladies professionnelles depuis 1973. Ce métal est utilisé dans la fabrication des batteries, des piles ou des accumulateurs. L’inhalation de fumées d’oxydes de cadmium peuvent avoir des conséquences très lourdes : maladies des bronches et des poumons, maladies des reins, ostéoporose... Il est aussi classé comme cancérogène certain.

Cela ne semble pas avoir inquiété la direction de l’usine SAFT [1], le « champion français des batteries », à Nersac (Charentes). Les premières mesures de prévention n’y ont été mises en œuvre qu’à partir de 2003 ! L’entreprise y fabrique des batteries au nickel cadmium depuis 1974, avant de produire des batteries Lithium-ion pour véhicules électriques. Et semblait ignorer les effets toxiques d’un composant clef de son activité ! C’est ce que met en évidence une enquête fouillée publiée par Mediapart le 22 mai [2], décrivant un nouveau scandale sanitaire en puissance.

Durant 29 années, les salariés ont utilisé sans précaution ce produit, alors que
l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’alarmait des dangers inhérents à son accumulation dans l’organisme dès 1973. Cette même année, les pathologies liées à l’exposition au cadmium font leur entrée dans le tableau des maladies professionnelles de la sécurité sociale.

Filiale « non stratégique » ou une cession opportune ?

En 2006, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l’usine de Nersac s’aperçoit que les seuils d’exposition sont différents de l’usine de Bordeaux (10µg/L de sang à Nersac contre 5 à Bordeaux). Le suivi médical des salariés de Nersac est assuré par un « spécialiste » du cadmium, le Professeur Alfred Bernard (Université de Louvain), qui recommande [3] un taux maximum d’exposition de 5µg mais n’utilise étrangement jusqu’en 2011 que le seuil de 10µg, décrit Mediapart. Le changement de seuil rendra 82 salariés (sur les 340 de l’usine) inaptes à assumer un poste exposé. Et un cas de cancer broncho-pulmonaire a déjà été reconnu comme maladie professionnelle.

Tout ceci n’est évidemment sans aucun rapport avec le fait que SAFT a décidé de se séparer de cette usine jugée aujourd’hui « non stratégique ». La société française d’investissement Fin’Active a été « sélectionnée comme acquéreur préférentiel » en janvier 2013, pour une somme inférieure à la valeur du site de production. Une reprise que contestent les syndicats : un référé visant « l’interdiction de cette cession au motif qu’elle peut compromettre la santé et la sécurité des salariés », est examiné par le tribunal de Bobigny. « Quand on a su que les patrons voulaient brader 329 salariés pour un euro après 35 ans d’ancienneté, de trois-huit et de pollution, on est devenus fous. (...) Notre espérance de vie, elle ne s’allonge pas contrairement à ce que dit François Hollande. Et la retraite, on n’est pas sûrs de l’atteindre », s’indigne le secrétaire du comité d’entreprise Gérard Quélard (CGT). Si l’absence de mesures de sécurité depuis 30 ans se confirme, la « faute inexcusable de l’employeur » pourrait être reconnue à l’encontre de SAFT et de son ancien partenaire, l’états-unien Johnson Controls, copropriétaire de l’usine jusqu’en janvier.

Vidéos

  • Souveraineté populaire Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises »

    Voir la vidéo
  • Mondialisation Crime environnemental : sur la piste de l’huile de palme

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos