Un média indépendant en accès libre, sans publicité, animé par sept journalistes, a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. Faites un don à Basta ! En passant par J’aime l’info, un don de 50 euros ne vous coûte que 17 euros. Pour tout savoir sur notre campagne, cliquez ici.

Avancement de la campagne : 34607 € sur 100000 € !

34.61%

Education

« Ici, on apprend à parler et à écouter, pas la soumission » : bienvenue au lycée expérimental de Saint-Nazaire

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Imaginez une école où les cours ne sont pas obligatoires, où il n’y a ni notes ni contrôles, où les élèves participent à la gestion de leur établissement, et où il n’y a pas de violences. C’est le quotidien du lycée expérimental de Saint-Nazaire qui a ouvert ses classes il y a trente ans. Mis en place pour répondre aux manques de motivation et à l’échec scolaire, cet établissement alternatif accueille chaque année 150 élèves, dont de nombreuses « gueules cassées » de l’Education nationale. Accompagnés par une vingtaine d’enseignants, ils construisent eux-mêmes leur formation et choisissent les matières qu’ils souhaitent étudier, des apprentissages classiques jusqu’à la climatologie ou la physique nucléaire. Une découverte très concrète de l’autonomie et de la démocratie.

Bientôt 10h, à Saint-Nazaire. Sur le pas de la porte du lycée expérimental, les fumeurs profitent du soleil printanier. Les ateliers vont reprendre. Les plus ponctuels s’engouffrent dans le hall, pour rejoindre leurs salles. Les autres s’attardent un peu à la Casbah, la cafétéria du lycée. Dans la cuisine, l’équipe de gestion, qui réunit des élèves et des enseignants, commence à préparer le repas. Au menu : tarte aux oignons, galettes de légumes, purée de patates douces, poisson. « Tous les matins, on fait une cagnotte, explique Lucie, élève en 1ère. Chacun donne ce qu’il veut, ou peut. On fait les courses et le menu en fonction de la somme récoltée. » Mise en place sur la proposition d’un élève, la cuisine du lycée fait maintenant partie des incontournables. C’est même un gros poste pour l’équipe en charge de la gestion. « On gère le lycée par quinzaine, précise Lucie. Chaque équipe de gestion compte une vingtaine d’élèves et trois "mee" (pour "membre de l’équipe éducative"). » En plus des repas, il faut s’occuper de la documentation (livres, ordinateurs, connexions Internet, journal du lycée...) et du secrétariat (relations avec l’extérieur, commandes éventuelles, …).

Pas de personnel de cuisine, pas de secrétaire, pas de personnel d’entretien, et évidemment, pas de directeur. Le lycée expérimental de Saint-Nazaire est entièrement co-géré par ses 150 élèves et 20 enseignants, et ce depuis plus de 30 ans. L’aventure a commencé peu après l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981. Le 26 juin, Gabriel Cohn-Bendit, enseignant à Saint-Nazaire écrivait dans le quotidien Libération une « lettre ouverte au camarade ministre de l’éducation », Alain Savary. Prenant acte de « la profondeur et de la gravité du divorce qui existe entre certains jeunes et l’école », et du fait que certains enseignants « ne supportent plus non plus le système scolaire tel qu’il est », Gabriel Cohn-Bendit suggérait de laisser « ces allergiques à toute forme d’autorité » inventer et créer ensemble «  des conditions qui leur conviendraient bien mieux ». A la fin de l’été, le ministre donna son accord.

Les élèves créent leurs cours avec leurs enseignants

Aussitôt, élèves et enseignants se mirent au travail, réfléchissant ensemble à la mise en forme concrète d’une école différente. Six mois plus tard, en février 1982, le lycée ouvrait ses portes. Aujourd’hui comme hier, les jeunes peuvent y choisir les matières qu’ils souhaitent étudier, co-créer le contenu de leurs cours avec leurs enseignants, apprendre sans être notés et ne pas venir pendant trois mois sans être collés... « Les élèves sont maîtres de leur parcours, détaille Pierre, professeur de maths dans le secteur traditionnel pendant 20 ans, et "mee" à Saint-Nazaire depuis 2009. Pour nous l’apprentissage est un chemin. Certains le parcourent très vite, en ligne droite. Pour d’autres, c’est plus sinueux. »

Benoit, 19 ans, termine sa quatrième année au lycée, et il prévoit de rempiler l’année prochaine, pour « venir plus souvent et se mettre à bosser ». Dysorthographique – trouble de l’apprentissage de l’écriture – et dysgraphique, il témoigne avoir « beaucoup galéré à l’école ». Mal compris des enseignants, qui ne supportaient pas forcément qu’il ait un ordinateur en cours (pourtant nécessaire au vu de ses difficultés), il a souvent « pété les plombs ». Passionné d’informatique, il a profité de ces dernières années pour se former seul, en lien avec des associations défendant les logiciels libres. « Quand ça m’intéresse, j’apprends vite, témoigne-t-il. Mais c’est toujours difficile pour moi d’aller dans une salle de classe, même ici. »

Ouverte à tout le monde, l’inscription au lycée requiert deux conditions : avoir terminé le collège ou être âgé d’au moins 16 ans. Le fait qu’il n’y ait pas d’internat ajoute une condition de ressources aux jeunes qui n’ont pas de famille à Saint-Nazaire : ils doivent en effet se débrouiller pour se loger. En 2006, 60% des élèves venaient de Loire Atlantique. Au départ hébergé par la mairie à la demande du ministre de l’époque Alain Savary, le lycée a changé plusieurs fois de local en 30 ans. Le bâtiment qui l’abrite aujourd’hui appartient à un bailleur social. La location s’élève à 80 000 euros par an. « Sur les 150 000 € de budget annuel que nous file le rectorat, ça fait pas mal... », souligne Jason, 19 ans. « Pour un projet éducatif, c’est ridicule, estime Aymeric, 19 ans. En même temps, c’est formateur de se démerder... »

« Ici, on apprend à parler et à écouter, pas la soumission »

Les choix budgétaires sont faits collectivement, au sein des diverses instances qui permettent au lycée de fonctionner. Parmi elles : le conseil d’établissement (CE), qui « dirige » le lycée, et dans lequel on trouve des élèves et des "mee". « Sur des questions secondaires, le CE prend les décisions seul, décrit Pierre. S’il a besoin d’entendre la parole de tout le monde, il organise des rencontres, par petits groupes, pour que toutes les paroles puissent exister. Et il est toujours possible de contester une décision. » Le CE change cinq fois dans l’année. « Il n’y a ni spécialistes, ni mandats longs. » Au lycée, on s’accorde pour dire que c’est plus efficace que de suivre des cours de citoyenneté ! « On apprend pas à faire du vélo en lisant des bouquins », ironise un enseignant [1].

Les rares lycées expérimentaux [2], et notamment celui de Saint-Nazaire, sont parfois montrés du doigt pour leurs piètres résultats au bac. Mais ils revendiquent d’autres curseurs pour évaluer leur réussite. « Ce qu’on vise, c’est qu’ils grandissent, qu’ils apprennent, qu’ils deviennent des citoyens éclairés », explique un enseignant [3]. Beaucoup d’élèves évoquent leur découverte de l’autonomie de pensée. « Je me pose plus de questions, je suis plus critique pour analyser une situation, ou un texte, relève Marguerite, 17 ans, après un an passé au lycée. Mes réflexions se sont affinées et je me sens plus à l’aise avec ce que je pense, j’ai moins de difficultés à le dire. L’autre jour, j’ai dû prendre la parole en public, et je l’ai fait sans aucune difficulté. » « Ici, on apprend à parler, et à écouter, pense Aymeric, 19 ans. Alors qu’à l’école, on apprend à ne pas l’ouvrir, on apprend vraiment la soumission. »

L’évaluation collective remplace les notes

Divers outils servent l’apprentissage de l’autonomie. Le premier d’entre eux, c’est la cogestion. Au fil du temps, l’équipe éducative a pu vérifier maintes fois que c’est parce qu’ils ont un réel pouvoir que les élèves s’investissent et prennent en main leur formation [4]. « On a une vraie liberté politique, avance Erwan, 18 ans. On peut influer sur les choix du lycée. On se sent important. C’est vraiment intéressant. » Autre moyen expérimenté : l’auto-évaluation, et l’évaluation collective, qui remplacent les notes. « Pour savoir où j’en étais, au milieu de l’année, j’ai réalisé un tableau en listant mes connaissances – en maths, physiques, etc. – et mes compétences – expression en public, travail collectif..., décrit Marguerite. J’ai demandé aux "mee" d’ajouter leurs commentaires. La plupart d’entre eux m’ont trouvée sévère avec moi-même ! C’était un peu comme si je recevais mon bulletin trimestriel, c’était très instructif. »

Au lycée de Saint-Nazaire, le temps n’est pas découpé en heures et en matières. L’emploi du temps « type » comprend plusieurs rythmes, en général calés sur des demi-journées, et différents cycles, qui s’étalent sur plusieurs semaines, ou plusieurs mois, selon les projets. Les ateliers du matin, par exemple, sont des temps d’étude qui s’étendent sur une quinzaine de jours, pour un volume horaire total d’une vingtaine d’heures. Selon l’équipe éducative, cette concentration « permet d’avancer réellement dans un champ d’étude, de concrétiser une production, de développer des outils de recherche tout en permettant le tâtonnement expérimental de l’élève dans sa construction du savoir. » Les thèmes abordés lors de ces ateliers sont décidés collectivement, et ils permettent d’aborder diverses matières.

Apprentissages en météorologie, physique nucléaire ou épidémiologie

L’interdisciplinarité, que l’actuelle ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem tente de faire passer dans sa réforme du collège, y est pratiquée depuis 30 ans. A la grande satisfaction des élèves et des enseignants. Prenons un atelier intitulé « Différents scénarios pour la fin du Monde », au cours duquel élèves et enseignants se proposaient de voir s’il était possible que l’Humanité disparaisse de son propre fait : de nombreuses connaissances y ont été acquises, dans des domaines scientifiques très variés : météorologie, physique nucléaire, virologie, épidémiologie, effet de serre, géologie, astrophysique. « Il n’était question là ni de programmes ni de niveaux, mais simplement d’essayer de découvrir, chacun à son rythme et à sa façon, notre monde » , relève l’équipe éducative.

« C’est un fonctionnement qui m’a permis de ne pas rester bloquée dans ma matière principale, se réjouit Marguerite, qui prépare un bac S, mais qui aime aussi la littérature et la philo. Un jour, en maths, on a eu une discussion passionnante sur « qu’est-ce que c’est qu’une probabilité ? ». « Il y a une ouverture des champs disciplinaires, décrit Pierre. Avec une vision du savoir différente. On se retrouve à enseigner autre chose que sa matière. On n’est pas forcément celui qui connait. On fait découvrir. »

Toutes les matières que les élèves souhaitent étudier sont intégrées aux programmes d’apprentissage, et les pratiques artistiques sont elles aussi prises au sérieux. Cette année, un atelier marionnettes a été mis en place. Dans le local de bricolage, des élèves s’initient au maniement de la scie et des tournevis, ils transforment des déchets en pantins, répètent les mouvements qui donnent vie à leurs créations. Ils s’entrainent à travailler ensemble. Une professionnelle est là pour les aider. « Notre fonctionnement nous permet de faire appel à des intervenants extérieurs, c’est une souplesse intéressante », observe Aymeric.

« De plus en plus de gueules cassées de l’éducation nationale »

Certains des jeunes qui poussent la porte du lycée étaient de très bon élèves dans le système « trad » (traditionnel), comme ils le définissent eux-mêmes. Mais ils s’y ennuyaient, comme Jason. « Je suis venu voir le lycée expérimental sur les conseils de ma sœur aînée qui était déjà élève ici, dit-il. Et j’ai tout de suite accroché. Il n’y a pas de hiérarchie entre les élèves et les enseignants, ça m’a vraiment plu. C’est pas toujours très calme mais on peut discuter avec eux, on n’a pas des statues en face de nous. Et l’absence de notes, ça fait une grosse source de stress en moins, même si j’étais abonné aux 18 ! » Jason a eu son bac en trois ans, et il revient de temps en temps, pour voir ses potes, et prendre des nouvelles.

« Les anciens passent régulièrement nous voir. C’est une des particularités du lycée, souligne Pierre. Cela dit, les élèves avec le parcours de Jason ne sont pas les plus nombreux... On se revendique lycée pour tous mais j’ai parfois l’impression que de lycée de la seconde chance, on est un peu devenu le lycée de la quatrième, voire cinquième chance. Il y a de plus en plus de gueules cassées de l’éducation nationale. Cela n’est pas sans poser certains problèmes. Pour ceux qui ont du mal à gérer leur vie, gérer un lycée, c’est encore plus difficile. »  « Beaucoup de choses se bouleversent quand on est ici, avance Marguerite. C’est très épanouissant d’être autonome, et je suis très contente de mon année ici, mais parfois, c’est fatigant. Faire sa place d’individu face au collectif, apprendre que l’un va avec l’autre, essayer de comprendre qui on est... il y a tant à apprendre ! Et à côté de ça, il faut travailler le bac. Ce n’est pas toujours évident. Certains élèves n’arrivent pas du tout à travailler, ils décrochent complètement. »

« M’aider à refaire fleurir la fleur fanée que je croyais être »

Les absences répétées, voire prolongées, ne sont pas un motif de « désinscription ». Seul un élève peut prendre la décision de partir, de son propre chef, sauf en cas de violence mais cela s’est très peu vu dans l’établissement. C’est le cas de Romane, qui a écrit un long courrier au lycée : « Je suis venue vous dire que je m’en vais et que je prend la décision de me désinscrire du lycée expérimental puisque je ne pense plus vouloir et pouvoir donner assez d’énergie pour que nos échanges se limitent à autre chose qu’à un thé et des discussions entre deux cigarettes. » La jeune fille parle ensuite de ce que le lycée lui a apporté. « J’ai découvert des méthodes pédagogiques milles et une fois rêvées auparavant. J’ai cultivé mon envie de me battre, mon envie et mon droit de choisir la vie que je veux avoir. (...) J’ai découvert un jardin rempli de différentes fleurs dont chacune pouvais m’aider à refaire fleurir la fleur fanée que je croyais être à l’époque. » La lecture de cette lettre a beaucoup ému les camarades de Romane.

« Nous sommes plutôt heureux ici », résume Aymeric. Très fâché avec le système traditionnel, où il était un élève « turbulent et impertinent », le jeune homme défend son lycée avec beaucoup d’enthousiasme. « Ici, j’ai ré-appris à apprécier les gens, tous les gens. J’ai découvert qu’il y a du bon en chacun. » Dans leur ensemble, les élèves apprécient beaucoup les relations apaisées qu’il y a entre eux. « Il n’y a pas d’effets de meute, avec un élève qui s’en prend plein la gueule, constate Jason. On peut vivre sa vie sans que personne ne nous embête. » Pour Erwan, « ici, c’est facile de créer des liens. Dans les autres établissements, les relations entre élèves sont dures. » « Je ne pense pas que ce soit la panacée, ici, termine Pierre. Mais sur l’absence de violences, sur l’enseignement sans notes, sur l’interdisciplinarité, sur la démocratie, on expérimente. Ce sont des sujets sur lesquels on a quelques petites choses à dire. »

Nolwenn Weiler

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos