Migrations

Des milliers d’enfants et d’adolescents d’Amérique centrale fuient vers les États-Unis

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Les États-Unis font actuellement face à un afflux sans précédent de jeunes migrants clandestins. Depuis octobre 2013, près de 50 000 enfants et adolescents non accompagnés, principalement originaires d’Amérique centrale, ont passé la frontière. Soit deux fois plus que l’an dernier [1]. Plusieurs entrepôts et bases militaires ont été réquisitionnés pour être transformés en centres de rétention de fortune, dans tout le pays.

A Nogales, en Arizona, 900 enfants du Honduras, du Salvador et du Guatemala, attendent leur transfert vers d’autres centres ou leur expulsion du pays. Cet équipement de 35 000 m2 peut désormais accueillir 1500 enfants, dans neuf immenses cellules, où ils sont séparés par âge et sexe, expliquent les responsables. Les enfants dorment sur des matelas posés sur le sol, protégés par des couvertures de survie. « C’est une tragédie humanitaire », s’indigne le sénateur de l’Arizona John McCain, qui a visité ce centre vendredi dernier. Pour faire face aux critiques qui dénoncent la surpopulation de ces centres et leur insalubrité, la police des frontières a autorisé la semaine dernière une rapide visite pour des journalistes (voir les photos).

Au début du mois, Barack Obama a annoncé le lancement d’un programme pour mettre une centaine d’avocats à disposition de ces enfants. L’épouse du président du Honduras a prévu de se rendre aux États-Unis pour encourager le rapatriement de 13 000 enfants honduriens, arrivés aux États-Unis via le Mexique. Or, le Honduras est la cible d’une brutale violence politique et sociale, en particulier contre les enfants de rue, victimes d’assassinats (trois journalistes ont également été tués en mai, lire ici). Vu la situation du pays et les procédures juridiques, notamment le fait que ces enfants ont le droit de demander asile aux États-Unis et d’y attendre la réponse des services d’immigration, leur retour au Honduras risque d’être compliqué. Et les filières d’immigration clandestine continuent d’amener un flux quotidien de mineurs voulant tenter leur chance aux États-Unis ou espérant rejoindre des membres de leur famille déjà installés dans le pays. La situation risque de se dégrader encore dans les prochains mois : le nombre d’enfants non accompagnés – et arrêtés par la police – pourrait atteindre 90 000 en 2014, estiment les autorités des États-Unis.

- A lire, le reportage du Los Angeles Times, Overcrowded, unsanitary conditions seen at immigrant detention centers.

En bref

Vidéos

  • Artisanat « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

    Voir la vidéo
  • Documentaire participatif Opération climat : saisir le bonheur de peur qu’il ne s’en aille

    Voir la vidéo

Voir toutes les vidéos